Vous êtes ici : SMIC Horaire » Actualités » La baisse des allocations familliales pour qui et pourquoi ?

La baisse des allocations familliales pour qui et pourquoi ?

Baisse des allocations famillialeToujours à la recherche d’argent frais pour tenter d’alléger le déficit abyssal de la France le gouvernement Ayrault s’intéresse aujourd’hui aux prestations familiales.

Ainsi c’est 2,14 milliards d’euros d’économie qu’il faut trouver avant 2016 pour équilibrer les comptes de la branche « famille » du budget (2,6 milliards d’euros de déficit prévu en 2013). En France, on compte 4,7 millions d’allocataires et les allocations familiales sont d’un montant identique pour toutes les familles résidant en France, variant uniquement en fonction du nombre d’enfants à charge.

La réforme des « allocs » ce n’est pas nouveau et elle est depuis toujours au cœur de polémique à gauche comme à droite. Alain Juppé en 1996 voulait les taxer tandis que Lionel Jospin en 1996 souhaitait les verser sous conditions, solution reprise en 2010 dans le rapport Attali. Mais le sujet est tellement sensible qu’aucune de ses réformes n’a jamais vu le jour.
On peut donc naturellement se demander quelles seront les suites donner à ce nième rapport dit « rapport Fragonard » ? En effet pas encore débattue au Haut conseil de famille, et à peine annoncée,  le Président de la République a annoncé que les allocations ne seront pas fiscalisées et que tous les foyers, même les plus aisés, continueront de percevoir des allocations. Alors quelles solutions restent-ils ?

  • la suppression des regroupements entre certaines prestations familiales et aides fiscales destinées aux parents et les services (crèches…) ;
  • l’abaissement du quotient familial ;
  • la suppression de « niches fiscales » comme la réduction d’impôt pour frais de scolarité (collège et lycée) ;
  • Faire varier le montant des allocations en fonction des revenus…

Une fois encore les mêmes profiteront pendant que d’autres payeront ! On en déduit que les enfants ne sont pas égaux entre eux puisqu’ils n’entrainent pas les mêmes charges suivant les revenus de la famille dans laquelle ils naissent ! Peut d’être en viendra-t-on à  créer un « permis d’enfants » pour s’assurer que les familles avant de les concevoir disposent des moyens financiers nécessaires à leur éducation…

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *