A quand le gel des prix des carburants promis ?

Alors que le gouvernement a décidé en pleine période estivale de fiscaliser de nouveau les heures supplémentaires des salariés, (augmentant ainsi leurs futurs impôts et diminuant leur pouvoir d’achat), il reste impassible face à l’augmentation constante des prix des carburants qui atteignent cet été les niveaux les plus hauts.

Pourtant François Hollande, le candidat socialiste avait promis le gel du prix de l’essence alors pourquoi le Président de la république ne fait-il rien ? Qu’en est-il de sa promesse de campagne ?

Une promesse de campagne difficile à tenir

Prétextant d’une part qu’au début du quinquennat, les prix à la pompe baissaient, et d’autre part que les prix du carburant n’atteignent pas encore les niveaux les plus hauts enregistrés en avril,  le gouvernement qui se dit «extrêmement attentif» reste passif et attend le moment opportun !

Juste avant les départ en vacances début juillet le gazole a pris six centimes et le sans plomb cinq centimes par la faute au pétrole dont le baril a pris 20 dollars en 1 mois. On n’atteint pas encore les records du début du printemps certes, mais on s’en approche dangereusement.

Si le gel des prix du carburant serait un geste symbolique fort en faveur des consommateurs contre les géants pétroliers, pour comprendre ce qui retient le gouvernement d’agir vite il faut décomposer le prix du carburant…

 La composition du prix de l’essence

Une petite moitié de son prix correspond au cours du pétrole. On y trouve la ressource naturelle, les marges des compagnies pétrolières,  quelques centimes pour la distribution, quelques autres centimes pour le raffinage. Reste l’autre moitié : là ce n’est  que de l’impôt, et de l’impôt qui apporte ! : La taxe intérieure de consommation sur les produits pétroliers et la TVA. La taxe intérieure pour ne parler que d’elle rapporte près de 15 milliards d’euros, une véritable «manne financière » en ces temps difficiles…

prix de l'essence

source : connaissanceenergies.org

On comprend mieux qu’un blocage des prix entamerait sérieusement les caisses de l’État. Ainsi il semble y avoir de la part du gouvernement une volonté de prendre du temps pour engranger un maximum de recettes. Après la re-fiscalisation cet été des heures supplémentaires tout est bon pour taxer un peu plus les français…

 

Ne reste plus qu’une solution : Consommer moins !

2 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Facebook
Facebook
Twitter